Conjoint collaborateur et contrat Madelin

Le conjoint collaborateur d’un TNS a la possibilité d’adhérer à un contrat Madelin comme énoncé par l’article 26 de la loi de finances rectificative pour 1995.

Qui est concerné ?

Cette disposition ne concerne pas les conjoints de chefs d’entreprises artisanales, industrielles ou commerciales qui exerçaient une activité professionnelle au sein de l’entreprise en qualité de salariés ou les conjoints d’associés de sociétés autres qu’une EURL soumise au régime des sociétés de personnes.

Seuls les conjoints collaborateurs de commerçants ou d’artisans inscrits comme tels au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers sont concernés

Pour ce qui des conjoints des associés uniques d’EURL et des professionnels libéraux, il existe des exceptions s’ils sont affiliés aux régimes obligatoires de base et complémentaire d’assurance vieillesse des travailleurs non salariés.

Il faut savoir que la loi PME du 2 août 2005 a élargi le statut de conjoint collaborateur pour englober, également, les conjoints des gérants associés majoritaires de SARL et de SELARL.

Néanmoins, pour adhérer à un contrat Madelin, seuls les conjoints collaborateurs tels que définis par la loi PME seront considérés.

La déduction des cotisations

L’article 154 bis du CGI a prévu des plafonds de déduction des cotisations du TNS qui devront être pris en compte en considérant l’ensemble des cotisations facultatives et celles versées, le cas échéant, par le conjoint collaborateur.

Il faut comprendre que les cotisations versées pour le compte du conjoint collaborateur aux régimes complémentaires de prévoyance et de retraite Madelin sont déductibles du bénéfice imposable, dans la même enveloppe fiscale que celle du travailleur non salarié.

Ces cotisations doivent être prises en compte pour leur montant effectif déterminé par application du taux réel de cotisation en vigueur pour l’année au cours de laquelle l’exercice de rattachement est clos.
Attention à ne pas oublier d’y rajouter les cotisations supplémentaires éventuellement dues par le conjoint au titre du rachat des cotisations d’une année antérieure.

« Ces Informations sont données à titre indicatif, elles ne prétendent pas à l’exhaustivité et ne sauraient avoir valeur de conseil ni dispense de l’avis d’un professionnel. Elles ne sauraient en toute hypothèse engager la responsabilité de LoiMadelin.com. »

banniere